Made in Japan (2) :D’une pierre trois coups

L’un des clichés les plus répandus en Occident à propos du Japon concerne l’étroitesse des logements. Pendant des années, en effet, au lendemain de la Seconde guerre mondiale, les Japonais ont dû vivre dans des “cages à lapin” (usagigoya) faute de pouvoir obtenir des lieux d’habitation convenables. Aussi la question de l’aménagement et de l’équipement de ces espaces de vie réduits a toujours été importante pour la population qui rêvait de pouvoir disposer du confort moderne tout en évitant que celui-ci occupe trop de place. Dès la fin des années 1950, la plupart des foyers de l’Archipel ont vécu dans l’espoir d’acquérir les “trois trésors sacrés” (sanshu no jingi), à savoir le réfrigérateur, le lave-linge et le téléviseur, économisant yen par yen pour enfin les posséder. L’objectif des constructeurs était bien entendu de satisfaire la nombreuse demande mais aussi de fournir des produits de faible encombrement. Au fil des années et des progrès en matière de miniaturisation des composants, les objets proposés ont pris de moins en moins de place même si, dans le même temps, la superficie moyenne des logements s’est nettement agrandie. Dans le secteur de l’électronique grand public, les fabricants continuent donc à mettre sur le marché des produits de ce genre. Au niveau des postes de télévision, le phénomène est particulièrement remarquable. Le dernier né de Panasonic, le 3-Shot T, en est la claire illustration. Ce 21 pouces ne se contente pas de proposer une image irréprochable, il est aussi équipé d’un lecteur de DVD et de VHS pour une dimension de 57,6 cm sur 51 cm. L’argument de vente de ce produit trois en un est d’ailleurs très clair. Il s’adresse à tous ceux qui “veulent économiser de l’espace”. Vendu environ 80 000 yens [591 euros] quoique son prix soit “ouvert” c’est-à-dire laissé au libre arbite des com-merçants, ce télé-viseur devrait ren-contrer un succès important auprès notamment des jeunes qui vivent encore chez leurs parents ou qui ne disposent que d’un petit studio. Panasonic a donc prévu d’en fabriquer 4 000 exemplaires par mois pour répondre à la demande de tous les obsédés de l’espace utile.
Odaira Namihei

“3-Shot T” de Panasonic
80, 000 ¥
http://panasonic.jp