PAROI DE GLACE


Écrit en 1957, ce roman du célèbre INOUE Yasushi (1907-1991), qui a échappé aux traducteurs pendant plus de 40 ans, vient juste d’être publié au format poche. L’intrigue se situe dans le Japon des années 1950, et nous transporte depuis le paysage urbain de Tôkyô jusqu’aux plus hauts sommets montagneux de l’archipel.
UOZU Kyôta, le personnage central, de retour d’une expédition en montagne, vient de retrouver le tumulte de la ville. Féru d’alpinisme, ce célibataire à la vie bien réglée travaille à la Nouvelle Compagnie de Commerce d’Extrême-Orient, un emploi plutôt tranquille et bien rémunéré. Sa relative complicité avec son patron, TOKIWA, qui lui accorde des avances sur salaire et de nombreux congés, permettent à UOZU de s’adonner fréquemment à son unique passion : partir à l’assaut de la haute montagne en compagnie de son meilleur ami, KOSAKA Otohiko. Les deux hommes ont justement projeté d’escalader dès la fin de l’année la face est du massif du Hodaka, un défi particulièrement difficile. Mais depuis peu, KOSAKA est anormalement instable et déprimé. Il s’est en effet follement épris d’une femme mariée, YASHIRO Minako, qui veut mettre fin à leur relation. Abattu moralement et physiquement, KOSAKA ne renonce cependant pas à l’ascension et part avec UOZU pour accomplir l’exploit. Alors que les deux jeunes hommes se bagarrent sans répit avec la neige et la roche dans un froid glacial, KOSAKA dévisse à trente mètres du sommet et sa corde casse : il fait dans l’instant une chute mortelle et disparaît dans l’océan de tourbillons neigeux. Privé de son ami, profondément affligé, UOZU rentre à Tôkyô, et se trouve au centre de polémiques. En effet, comment la corde d’alpinisme en nylon, d’une résistance à toute épreuve, a-t-elle pu se rompre ? Les rumeurs vont bon train : KOSAKA s’est-il suicidé par dépit amoureux ? UOZU l’a-t-il tranché pour sauver sa propre vie et ne pas suivre son ami dans sa chute ? C’est en tout cas ce que laisse entendre la firme qui a fabriqué la corde. Des tests sont effectués et concluent à la fiabilité du matériel, faisant peser de graves soupçons sur UOZU, qui souffre de plus en plus de l’affaire de la corde et qui ne cesse de protester de son innocence…
Les descriptions de la montagne et de la nature sont particulièrement évocatrices dans ce roman, et l’analyse des rapports humains que nous livre l’auteur y est une grande réussite. Paroi de glace est une histoire à suspens qui captivera sans aucun doute ses lecteurs de la première à la dernière page.

Clément Bonnier

Paroi de glace
INOUE Yasushi
Stock, Paris, juin 2001,
437 p., 65,50 F
(Traduit du japonais
par Corinne ATLAN)