Lives of Young Koreans in Japan

Sur les 1 512 116 étrangers résidant au Japon (1998), 42,2 % sont Coréens, soit 638 828 personnes. Leur présence dans l’Archipel remonte pour la plupart à la fin XIXe siècle et a été caractérisée par des rapports tendus avec les Japonais de souche. Bien que la majorité des Coréens encore présents au pays du Soleil levant y soient nés, parlent seulement le japonais et s’identifient eux-mêmes à des Coréens-Japonais, leurs droits politiques, économiques et sociaux sont limités en raison de leur statut de résidents étrangers. Et même si leurs conditions se sont améliorées au cours des dix dernières années, il est évident que nombre d’entre eux subissent des discriminations au niveau du travail ou de l’éducation.
C’est au sort de ces Coréens, en particulier ceux de la jeune génération, que s’est intéressé Fukuoka Yasunori dans un excellent ouvrage intitulé “Lives of Young Koreans in Japan” (Vies des jeunes Coréens au Japon, éd. Trans Pacific Press, Melbourne, 2000). L’auteur, au travers de rencontres avec des hommes et des femmes, dresse un portrait précis d’une génération de Coréens qui veut obtenir un nouveau statut au sein de la société japonaise. Cet ouvrage très vivant montre que les rapports entre Japonais et Coréens évoluent et sont en passe de s’améliorer. Reste aux responsables politiques à prendre les décisions symboliques et significatives qui permettront à ce mouvement visant à faire des Coréens des citoyens à part entière de prendre définitivement racine dans la société nippone.

Odaira Namihei