LE PREMIER MINISTRE REMPORTE SON “QUITTE OU DOUBLE”

Le sommet des 7 pays les plus industrialisés (+ la Russie) s’est tenu à Okinawa du 21 au 23 juillet, alors que, d’après l’éditorialiste KOJIMA Akira : “Cette réunion annuelle des pays riches est le seul cénacle international dont notre pays fait parti à part entière depuis le début, ce qui lui confère chez nous une importance particulière”. Ce sommet revêtait en effet un caractère de “quitte ou double” pour MORI Yoshiro, qui n’a guère (c’est le moins que l’on puisse dire) impressionné ses compatriotes depuis son élection à la tête du gouvernement nippon le 25 juin dernier. Il s’est déroulé sur fond de manifestations contre la présence des bases américaines). Des milliers de Japonais venus de tout le pays ont ainsi formé une chaîne humaine autour de la principale base de l’US Air force la veille du sommet pour réclamer le départ des troupes américaines. Le caractère pacifique des manifestations, et peut-être aussi le dispositif de sécurité incroyable mis en place (22000 policiers) ont cependant empêché que les abords du sommet ne se transforment en “Seattle bis”. Et puis les autorités nipponnes n’ont pas lésiné pour l’organisation de ce sommet 2000, avec la construction de toutes pièces du centre de congrès où se sont tenues les discussions, la remise à neuf des routes principales et des hôtels, le lifting de l’aéroport de Naha, capitale d’Okinawa… en tout une facture de 780 millions de dollars (un record). Tous les grands de ce monde ont donc salué d’une même voix la qualité de l’organisation. Enfin, pour ce qui est du fond, les chefs d’Etat et de gouvernement ont centré leurs discussions sur l’architecture financière internationale, la délinquance financière, la réduction de la dette des pays pauvres, la situation économique et la dette de la Russie, et l’impact des nouvelles technologies. Malgré un message qualifié par de nombreux observateurs de “mou” sur la dette des pays en voie de développement, ce G8 semble avoir engendré des impulsions, notamment dans le sens d’un plus grand équilibre entre l’économique et le social. Alors qu’un échec du sommet lui aurait probablement été fatal, le premier ministre japonais sort donc renforcé dans son rôle.

Gabriel Louis, “Yoshiro Mori joue quitte ou double sur le G8 à Tokyo”, Libération, 12/07/00.
Richard Werly, “Le Japon prépare son G8 avec fébrilité”, Libération, 18/07/00.
Richard Werly, “Okinawa, annexe américaine”, Libération, 20/07/00.
AFP, “Libérez Okinawa!”, Le Figaro, 21/07/00.
Christian Losson, “Du global oui, mais pas sans l’Etat”, Libération, 24/07/00.
Richard Werly, “Okinawa très loin du sommet”, Libération, 25/07/00.
SOGO : SYMBOLE OU EXCEPTION?

La chaîne de grands magasins Sogo, créée en 1830, se trouve en redressement judiciaire depuis le 12 juillet, les pouvoirs publics ayant finalement refusé d’éponger sa dette avec des fonds publics. Ce “lâchage” pourrait inaugurer une nouvelle page dans le processus de restructuration de l’économie japonaise, et fait trembler les nombreux dirigeants de sociétés en difficulté, notamment dans le secteur de la construction. Elle fait trembler aussi 10% de la population, employée dans ce domaine, et un bon nombre de pantouflards, bureaucrates parachutés dans ses entreprises à l’âge de la retraite. La connivence entre BTP et les milieux politiques est en effet de notoriété publique. Il n’est donc pas certain que la “purge” des sociétés moribondes, préconisée par les adeptes du libéralisme, se poursuive. Sogo pourrait quant à elle éviter la faillite si ses tentatives d’alliance avec le groupe Seibu portent leur fruit, ce qui permettrait de sauver une trentaine de magasins et l’emploi de 10000 personnes, sans parler des 10000 fournisseurs.

Clotilde Leroy

Arnaud Rodier, “Sogo : la mise en faillite pour l’exemple”, Le Figaro, 14/07/00.
Philippe Pons, “Le ministre japonais de la réforme bancaire a été limogé pour corruption”, Le Monde, 01/08/00.
Philippe Pons, “Le Japon est menacé par des faillites en chaîne dans le bâtiment”,
Le Monde, 06-07/08/00.
Philippe Pons, “Une alliance pourrait éviter la faillite du distributeur japonais Sogo”,
Le Monde, 08/08/00.