Une journée à Nantes

 

 

 


Samedi 20 juin. 10h30. Des hommes et des femmes en bleu ont envahi la gare Montparnasse. Ils croisent des petits hommes verts dans la bonne humeur. Non il ne s’agit pas d’un remake français de Mars attacks !, ce sont simplement des centaines de supporters japonais vêtus aux couleurs de la formation nippone qui vont prendre le train pour Nantes tandis que des Mexicains portant le maillot vert de leur équipe nationale se dirigent vers Montpellier. Dans le TGV qui les emmènent vers la cité portuaire, nos supporters nippons se préparent à assister à la rencontre qui opposera le Japon à la Croatie. Après la courte défaite face à l’Argentine (1-0), les Japonais attendent beaucoup de la prestation de leur équipe et entendent bien soutenir les 11 joueurs pour qu’ils battent les Croates. Et ils sont organisés. A la différence des Anglais qui boivent de la bière jusqu’à plus soif, les supporters japonais se contentent de quelques sodas avant de se faire la voix et de battre le tambour qui rythmera les attaques de leur équipe. 12h30. Devant la gare, les trams emmènent nos Japonais vers la Beaujoire. Tous n’ont pas de billet. Alors on commence à parler gros sous, quelques revendeurs sont dans le wagon. Ils le savent, les Japonais sont prêts à payer cher.14h30. Le match débute. Beaucoup de Japonais n’ont pas réussi à obtenir de billets. Le tambour et les chants redoublent dans le stade à chaque attaque du Japon. Les joueurs nippons dominent. 15h45. La Croatie ouvre le score contre le cours du jeu. Malgré la déception, les supporters continuent de chanter. C’est la fête. 16h15. Le Japon a perdu mais les supporters et les joueurs japonais ont gagné l’estime du public français.

C. L.