L’ENFANT QUI NE VOULAIT PLUS ETRE UN ENFANT

Alors que tous les amateurs de cinéma d’animation piaffent d’impatience dans l’attente du dernier Miyazaki Hayao qui a été présenté à la 65ème Mostra de Venise à la fin du mois dernier, l’éditeur et distributeur Kaze a sorti une petite perle signée Chigira Kôichi. Brave Story, adpaté du roman éponyme de Miyabe Miyuki dont nous avons déjà présenté les œuvres, raconte l’histoire de Wataru, un écolier de 11 ans, dont la vie tourne au cauchemar et qui va trouver dans le monde magique de Vision les moyens de changer son destin. Là-bas, on lui donne le statut d’apprenti héros et lui confie une mission. S’il la mène à bien, il pourra alors exaucer un vœu. Au fil des épreuves, il découvre que Vision est menacée par des démons et lorsqu’il sera en mesure de réaliser son vœu, il devra choisir entre soigner sa mère qui a été hospitalisée dans le monde réel et sauver l’univers virtuel dans lequel il a pu s’affirmer en tant qu’individu, en tant qu’homme. En passant dans Vision, Wataru abandonne son statut d’enfant pour devenir un adulte, prenant ainsi symboliquement  la place de son père qui a abandonné le foyer familial. Cette histoire étonnante a parfaitement été retranscrite à l’écran grâce au travail du studio Gonzo qui a l’ambition de se poser en concurrent sérieux du fameux studio Ghibli où travaille notamment un certain Miyazaki. Le soin apporté à la réalisation illustre parfaitement cette quête du travail bien fait. On peut penser que le succès de Brave Story au Japon où il avait terminé parmi les dix meilleures entrées de l’année 2006 vont inciter les responsables du studio à poursuivre leurs efforts. Après avoir sorti le film en salles au mois de février dernier, Kaze en propose la sortie en DVD, ce qui nous donne l’occasion de saluer le travail remarquable de l’éditeur dans le domaine de la promotion du dessin animé made in Japan. Il a fait la démonstration qu’il existait autre chose que le studio Ghibli (au demeurant très bon) en faisant la promotion de productions originales comme La Traversée du temps. Brave Story appartient à cette catégorie de grands films. Il n’a pas pu bénéficier des mêmes moyens que les films de Miyazaki lorsqu’il a été présenté dans les salles obscures. Voilà pourquoi il faut lui donner une vraie seconde chance en achetant le DVD.
C. L.

Brave Story de Chigira Kôichi, DVD simple 24,95€ ou DVD édition collector 29,99€.