Nouvelles : 99 stories* par nagata gen

“99 stories” est un recueil de nouvelles parues en 1993 dans le magazine japonais “BRUTUS”. Chaque semaine, l’auteur NAGATA Gen livrait, sous couvert d’histoires fantastiques ou privilégiant l’absurde, une certaine vision du monde et de ses habitants. Histoires d‘hommes, histoires de femmes, histoires d’animaux, histoires effrayantes… En tout 14 chapitres, 99 histoires, autant d’ouvertures au rêve, à l’imaginaire… qui ne manquent néanmoins pas de souligner certaines incongruités de notre propre vie.
Nagata Gen est né en 1952. Il occupe un premier poste dans une maison d’édition avant de devenir rédacteur pour différents magazines, fonction qu’il conservera 14 années. Il crée ensuite sa propre agence de communication qu’il dirige encore aujourd’hui.
“99 stories”, paru en décembre 1999 au Japon, a connu un succès immédiat, occupant pendant plus d’un mois la place de best-seller chez le célèbre “Book Center” de Shibuya à Tokyo. Nous vous présentons ici le début du premier chapitre Rêveries. Cinq sujets à savourer à plusieurs degrés.
Le visiteur
Au beau milieu de la nuit, quelqu’un frappa à la porte. Quand l’homme lui demanda son nom, il répondit: “le diable”. Alors que l’homme précisait qu’il n’avait besoin de rien, le diable insista pour entrer, car lui, avait besoin de quelque chose.
Tout en se frottant les yeux embués de sommeil, l’homme l’écouta. “Je me sens seul”, lui dit-il. Alors l’homme le fit entrer prendre un peu de repos.
Le diable s’endormit d’un souffle régulier.
Quand l’homme s’éveilla le lendemain matin, le diable n’était plus là.
L’homme s’en alla à son travail, un pincement de solitude au cœur.

L’homme de poche
Ils s’aimaient profondément, mais pour certaines raisons, il ne leur était pas possible de vivre ensemble.
Ayant longuement étudié chaque aspect du problème, il se décida à visiter un homme de science, et lui demanda de composer une potion pour devenir petit.
L’homme de science avait un grand savoir.
A chaque gorgée sa taille diminuait. Le traitement achevé, il s’en vint retrouver sa bien-aimée et élut domicile dans sa poche.
Cette poche couvrait justement sa poitrine. Il n’était là de plus chaud ni de plus doux refuge.

L’intervention du poisson
Il fut soudain saisi d’une envie pressante. Il regarda autour de lui : pas de toilettes en vue. Il s’adressa à un agent de la circulation qui lui répondit qu’il était en pleine enquête et que ce n’était pas le moment… en désespoir de cause et à bout de ressources, il soulagea sa vessie au beau milieu de la chaussée.
Il était bien décidé à ne pas s’arrêter en route. Et justement, le flot n’en finissait pas. Une véritable lance de pompier !
D’une flaque, le pipi devint bientôt un étang. Il s’élargit de plus en plus, atteignant les pieds. En peu de temps, l’étang devint une véritable mer.
Au loin se distinguait la tête de notre homme. Venant de l’autre côté, apparu une forme ressemblant à un poisson. Il surgit à une vitesse incroyable. “Effectivement, il s’agit bien d’un poisson” eut le temps de penser l’homme. Le poisson se précipita sur lui et lui avala le robinet en une fraction de seconde. L’homme vérifia de la main : il n’y avait vraiment plus rien ! “Au moins”, pensa l’homme perdu au milieu de la mer, “ça a fini de couler”.


Consommation et Production
Un roi s’adressait avec grande fierté à ses sujets : “Nous, à la tête de notre brave et valeureuse armée, avons occis ce matin cent de nos ennemis !”.
Entendant ces mots, la populace en émoi laissa exploser sa liesse et la place s’emplit d’un tonnerre d’applaudissements.
L’un des grands prêtres du temple voisin, s’élevant alors au-dessus de la foule, l’apaisa d’un geste et prit la parole. “Sire, quelle inconséquence et grande folie que de se jouer ainsi de la vie ! Ne craignez-vous point d’attiser ainsi la colère des dieux ?”. Stupéfaite, la foule se tut. La joie fit place à l’inquiétude sur chaque visage.
Soucieux de couper court à toute remontrance de la part du grand prêtre, le roi laissant là son manteau de cérémonie descendit sur la place au milieu de ses sujets.
Il fit s’aligner cent femmes, les hanches bien avancées, et les féconda séance tenante, les abandonnant gémissantes, l’une après l’autre.
Comme par magie, leur ventre se gonfla instantanément, et bientôt 102 bébés avaient vu le jour.
Le nombre d’enfants ne correspond pas à celui des mères car deux d’entres elles avaient en effet mis au monde des jumeaux.
Avec calme, le roi remit de l’ordre dans sa tenue, et dit : “il est fort agréable de tuer 100 personnes, mais il nous a été encore plus divertissant de donner la vie à 102 enfants”.
A ces mots, les spectateurs médusés et impres-sionnés devant l’action royale lancèrent à nouveau force vivats et applaudissements, à tout rompre.
On peut encore entendre aujourd’hui l’écho de ce triomphe.


La limace
La jeune fille était tombée profondément amoureuse. Le garçon quant à lui n’avait jamais rencontré de plus aimable et de plus gracieuse en ce monde que cette ravissante jeune fille : ils s’aimaient.
Ce soir là, alors qu’ils avaient échangé leur passion, le garçon s’éveilla. Fait exceptionnel, car c’était encore le milieu de la nuit.
Il glissa un regard à côté de lui. La jeune fille était devenue une grande, une gigantesque limace ! Ne trouvant mieux, le garçon s’en alla à la cuisine chercher le sel, et en recouvrit la limace. Cette dernière se recroquevilla, fondit, jusqu’à disparaître complètement.
A la suite de quoi, les draps étaient devenus visqueux; le garçon fit une lessive dès le lendemain matin.



* 99 stories est à la recherche d’un éditeur en France. Pour toute information, n’hésitez pas à contacter son traducteur Sébastien Brame, au 04 75 60 45 64.

Illustration Clotilde Perrin