Exposition : Un voyage chez les Ainous

Encore largement méconnu en France, le peuple aïnou est aujourd’hui regroupé dans le nord de l’Archipel. Il se bat depuis des années pour être reconnu et pour que sa culture soit préservée d’une “japonisation” à outrance. Une exposition de photographies permet actuellement de mieux appréhender ses traditions.

En 1938, vivaient encore sur la côte méridionale de Hokkaido quelques Aïnous de “sang pur”. L’anthro-pologue André Leroi-Gourhan les a photo-graphiés ; ses clichés sont exposés jusqu’au 14 décembre à la galerie Akie Arichi à Paris.
Ce sont des portraits d’hommes aux longues barbes et de femmes aux moustaches tatouées, qui posent dans leurs costumes traditionnels. Devant l’objectif ils dansent, chassent à l’arc ou au fusil, pêchent le saumon à la nasse.
Les photos sont très belles, mais témoignent surtout de la disparition d’un peuple. “Je pense que leur sort a été pire que celui des Indiens d’Amérique”, estime Akie Arichi-Boulard qui dirige la galerie. Elle regrette que l’Ambassade du Japon n’ait pas daigné assister au vernissage. “Les Japonais ne s’intéressent pas aux Aïnous. Pour eux il
s’agissait d’un peuple primitif, qui de surcroît n’existe plus”, regrette-t-elle.
Une indifférence feinte qui masque surtout “un tabou dans la société japonaise”, estime la directrice de la galerie. Les Aïnous ont été persécutés par les shoguns durant des siècles. Quand Hokkaido est devenue japonaise, l’empereur Meiji leur a distribué des terres, ignorant leur mépris pour l’agriculture. Leur langue, leurs traditions ont disparu. Ne survivent aujourd’hui que de nombreux métis et quelques Aïnous de souche offerts aux regards des touristes et placés sous la tutelle de la chambre de commerce locale. En 1989, une des dernières survivantes de l’ethnie, une femme de 87 ans, a été décorée par l’Empereur du titre de “Monument national vivant”.

Delphine Parickmiler

Pêche à la nasse basculante – Photo Arlette & André Leroi-Gourhan


Galerie Akié Arichi
26 rue Keller 75011 Paris
Tous les jours (sauf dimanche et lundi) de 15h à 19h.
Tél: 01 40 21 64 57.

A lire également
Un voyage chez les Aïnous. Hokkaido 1938
Arlette & André Leroi-Gourhan, Albin Michel, Paris, 1989, 150FF