J’en tremble

En cette saison, hara hara évoque la lente chute des feuilles qui tourbillonnent gracieusement avant de toucher le sol. Je ne vous apprends rien si je vous dis qu’au Japon, le rouge écarlate des feuilles d’érables est à l’automne ce que le rose des pétales de cerisiers est au printemps ! Bon, passons. Car hara hara a un autre sens. Profitant d’une petite brise et d’un temps relativement dégagé vous auriez décidé d’inviter un copain pour une partie de cerf-volant. Seulement voilà après des débuts encourageants (une minute à plus de 10 mètres au dessus de vos têtes), vous voilà partis pour des acrobaties. C’est sans compter le gros arbre que vous croyiez hors de portée, et pan! un cerf-volant dans les branches. Très dévoué mais surtout un peu trop confiant, votre copain prend l’affaire en main et commence son ascension. Dix minutes plus tard, bloqué à mi-chemin, celui-ci vous lance que tout va bien. Vous comprenez alors que rien ne va plus et restez perplexe, tremblant pour le sort de votre cerf-volant : hara hara. Ceci dit, les érables du Japon, à l’automne, ça vaut vraiment le déplacement.

Pierre Ferragut