Quel vacarme !

Mai : enfin les beaux jours ! Le plaisir de dormir d’une traite sans craindre d’être réveillé aux aurores par la fraîcheur du dehors qui se propageait jusqu’à votre oreiller! Retrouver enfin le plaisir de la grasse matinée… Hein?
Ah oui, c’est vrai. J’oubliais que j’étais au Japon et qu’en appartement, les réveils en douceur c’est souvent un luxe en raison du bruit. On a beau dire que les Japonais n’ont plus la pêche, le début de la journée est toujours pour beaucoup d’entre eux un vrai branle-bas de combat. Entre le volume de la télé que le voisin d’à côté monte pendant le petit-déjeuner (pour jouir d’une écoute correcte tout en mastiquant, normal) et les galopades des gamins du dessus qui se préparent dans la joie à partir à l’école, il est généralement vain de persister à rester dans son lit. Par ailleurs, j’admire les innombrables livreurs et leur infatigable jeu de jambes. Vraisemblablement débordés de commandes et soucieux de ne pas faire attendre leurs clients, ils accourent toujours au trot, d’une petite foulée lourde qui fait retentir leurs semelles, indignes de leurs ancêtres ninjas: bata bata. On a parfois l’impression que les Japonais se croient efficaces en faisant du bruit. Si le bruit c’est la vie, alors longue vie à toi Nippon !

Pierre Ferragut