BORIS ET RYUTARO : LUNE DE MIEL EN SIBERIE

UN SOMMET COOL
Le président russe et le Premier ministre japonais se sont entretenus les 1er et 2 novembre derniers lors d’un sommet informel à Krasnoïarsk, en Sibérie. A l’issue de ces discussions Elstine et Hashi-moto se sont engagés à régler le différend sur les Iles Kouriles (ou Territoires du Nord) pour signer enfin un traité de paix d’ici l’an 2000. Ils se sont également mis d’accord sur une coopération accrue dans six domaines : les investissements japonais, l’intégration de la Russie dans le système mondial, l’aide aux réformes russes, la formatio, un “dialogue énergique”, et l’utilisation civile de l’atome. Le sommet a ainsi été qualifié d’historique des deux côtés, sans doute à juste titre puisque, comme le soulignent les journaux japonais, il représente le “pas en avant le plus important” depuis la reprise des relations diplomatiques en 1956. En effet, même si les engagements pris restent fragiles, l’acceptation de la part de Elstine d’un calendrier de règlement du conflit territorial, et le consentement de son homologue à ne plus lier l’approfondissement de la coopération à ce règlement représentent des avancées réelles. Le président Elstine est attendu, sans cravate et avec toute sa famille, à la mi-avril au Japon. Ce prochain sommet devrait être l’occasion de faire le point sur l’avancement des différents dossiers.
J-P. T., “Russie-Japon : et vogue la réconciliation”, Libération, 03/11/97.
Frédérique Amaoua, “Contrer l’influence de Pékin en Asie”, Libération, 03/11/97.
Sophie Shihab, “Moscou et Tokyo veulent signer un traité de paix”, Le Monde, 04/11/97.
LE JUDO EN CRISE
Les 19èmes championnats du monde de judo se sont tenus début octobre à Bercy et ont donné lieu à de multiples observations sur le judo japonais de la part de la presse française. Il semblerait en effet que ces derniers temps, le Japon, pourtant créateur de cet art martial, ne pèse plus que d’un poids modeste dans les palmarès. L’archipel semble souffrir d’une crise des vocations et d’une dispersion de ses athlètes (alors qu’ils s’entraînent ensemble en France). Il paraîtrait même que ce sont maintenant les Japonais qui viennent effectuer des stages en France pour européaniser leur judo, et non plus le contraire. Gardons toutefois la tête froide, si quatre Français ont remporté l’or à Bercy, le Japon reste toujours à la première place de la hiérarchie mondiale.
Dino Dimeo, “Le judo français aux prises avec l’Asie”, Libération, 09/10/97.
Philippe Pons, “Le Japon ne fait plus partie des poids lourds du judo”, Le Monde, 09/10/97.
P. Ce., “Le dimanche ensoleillé des Nippons”, Le Monde, 14/10/97.
UN MONDE “RETROUVABLE”?
Trois hommes sont sur le point de partir à la recherche d’un hypothétique mammouth laineux congelé, qui, s’ils avaient une chance véritablement incroyable, pourrait être assez bien conservé 10 000 ans après sa mort pour leur livrer des spermatozoïdes, qui, s’ils avaient une chance encore plus invraisemblable, pourraient leur permettre de ressusciter un mammouth, qui, s’ils étaient bénis des dieux, pourrait donner naissance à un troupeau de mammouths. Certains, dans la communauté scientifique internationale, se demandent si le chercheur vétérinaire à l’origine de ce projet, GOTO Kazufumi, n’a pas pris Le Monde Perdu de Spielberg un peu trop à la lettre…

Clotilde Leroy

Anne Taverne, “Mammouth en éprouvette”, Le Figaro, 22/10/97.
C. Mallaval, “L’homme qui veut ressusciter le mamouth”, Libération, 11/11/97.